un langage encrypté

Depuis plusieurs années, j’ai repris le travail commencé par mon père sur l’iconographie celte, qui est devenue le point d’appui de mes recherches et de mes sculptures.

Ces images m’inspirent par l’étrangeté et l’originalité des formes utilisées, par leur modernité aussi et par le mystère qui s’en dégage.

Peu à peu j’ai découvert qu’il ne s’agit pas de représentations d’anciens mythes ou d’animaux fantastiques, mais que cette iconographie est une forme de langage fondée sur la composition de symboles organisés par des figures géométriques et des règles mathématiques surprenantes…

Chez les Celtes, tout est signifiant et se décline aussi bien dans les arts décoratifs que dans les objets usuels, mais ce sont les monnaies qui conservent les dessins les plus riches et les plus complets.

Mon travail est un aller-retour permanent entre ces recherches, leurs rédactions, les dessins et la fabrication des sculptures.

Refaire ces formes participe au “décryptage” de ce langage, comme si une certaine compréhension ne pouvait se révéler qu’en passant par les mains, par l’expérimentation : la mise en espace apporte des confirmations à une hypothèse émise par le raisonnement. Je découvre ainsi que plusieurs scènes sont lisibles dans une même image en la basculant, ou-bien qu’en creux se cache une figure ou autre animal. C’est en me laissant porter par les modelés que ces curiosités se révèlent.

Aujourd’hui, je souhaite partager le plaisir que j’ai de faire vivre ces dessins et ces formes, par le crayon, par le fil de fer, par la terre, par le plâtre et par le bronze.

Quand enfin il y a une sculpture en face de moi, je suis comblée et juste heureuse qu’elle existe. Quand il y en a plusieurs, c’est une récompense de les montrer et de commencer à dévoiler leurs histoires !